Sorry

I Learn Library

A human library inspired by the stories in the film

La ville de Marseille pour moi c’est ma vie.

By Sofiane  |   From : Marseille, France  |   School : College Vallon des Pins

L’immigration de mon père

Mon père a immigré en France pour ses études. Il a grandi dans une famille nombreuse et très pauvre.

Quand il était petit, il était très débrouillard ; il se levait à cinq heures du matin pour vendre des journaux ou nettoyer des voitures au feu rouge et ce jusqu’à 8 heures du matin. Une fois son travail terminer, il prenait le chemin de l’école. L’argent qu’il gagnait, il le donnait à ses parents pour subvenir aux besoins de toute la famille. C’était un très bon élève, il a eu son bac au Maroc, puis a immigré en France pour continuer ses études, c’était en 1990. La même année, il a rencontré ma mère et ils ont fondé une famille. Aujourd’hui il est peintre en bâtiment et il essaye de donner une vie meilleure à sa famille.

Ma vie à Marseille et mes souvenirs du Maroc :

La ville de Marseille pour moi c’est ma vie. J’ai une moto cross Yamaha que j’ai acheté 70 euros, une affaire ! J’en fais tous les jours même le soir. Je conduis beaucoup sur la colline, c’est un parcours dans mon quartier La Savine. A part ça, j’aime ma vie au quartier, on joue soit au foot soit à touche-touche Savine. Pendant la semaine je vais à l’école.

Lorsque je pense au Maroc, je me souviens du bon tajine de ma grand-mère. Je me souviens du ramadan pénible. Je me souviens avoir traversé toute l’Espagne pour aller de Marseille à Oujda en voiture. Je me souviens aussi avoir pris le bateau d’Espagne jusqu’à Nador et que là-bas on prenait des grands taxis, des Mercedes, pour aller jusqu’à Oujda. Au Maroc, on différencie les petits taxis des grands taxis, les petits ne peuvent pas se déplacer d’une ville à une autre alors que les grands oui.

 

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.