Sorry

I Learn Library

A human library inspired by the stories in the film

“Fais tout ce que tu peux pour réussir.”

By "Anonymous"  |   From : Nangrahar, Afghanistan  |   School : Collège Roy d' Espagne

J’ai quinze ans. Je viens de Nangrahar en Afghanistan. J’habitais en Afghanistan avec ma famille : ma mère, mon père et ma petite sœur. Nous habitions dans un village de la région de Nangrahar qui s’appelle Chaprahar . Mon père travaille là-bas dans l’agriculture. De temps en temps j’allais à l’école le matin et l’après midi j’aidais mon père. La vie est difficile là-bas, il n’y a pas de bonnes écoles.Les enfants restent dehors dans la rue. Il y a en beaucoup qui travaillent. Ils sont obligés d’aider leur famille. Là bas, comme je suis l’aîné des garçons, j’avais beaucoup de responsabilités, je devais travailler avec mon père, je devais ramener l’eau , aller pomper l’eau loin, je m’occupais des chèvres, je ramenais le foin pour les nourrir. Je m’occupais de ma petite sœur pendant que ma mère faisait à manger, ou qu’elle trayait les vaches. Comme je suis le seul garçon, j’ai beaucoup de poids sur les épaules.

Je me souviens que mon grand-père me racontait beaucoup d’histoires le soir avant de dormir. Quand je m’asseyais à côté de lui, il me racontait que je serai grand , fort, que je serai un garçon gentil, qu’il faut respecter les gens.

J’ aime beaucoup ma famille et elle me manque beaucoup . Un moment très heureux dont je me souviens c’est la fête de l’Aïd. Ce jour là, tout le monde était bien habillé, nous avons bien mangé , nous sommes allés chez mon oncle. On a ri, on a parlé, c’était le bonheur pour moi.

Le problème c’est qu’il y a des talibans en Afghanistan.

Quand les talibans ont voulu que je me batte pour eux, mon père n’a pas voulu. Il m’aime beaucoup alors il ne veut pas que je combatte avec les talibans. Il a fait confiance à mon oncle. Et mon oncle m’a dit d’aller en France. Il a payé le voyage.

Quand je suis parti de chez moi en Afghanistan j’étais très triste parce que c’était très dur pour moi . Je me souviens que quand j’ai laissé mon pays ma mère et mon père étaient très tristes. Ils ont beaucoup pleuré. Et mon père a pleuré, il m’ a dit « C’est bien mon fils, tu vas construire ton futur, tu vas être docteur. »

J’ai traversé beaucoup de pays : Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Bulgarie, Serbie, Croatie, Slovénie, Italie, France. Quand je suis arrivé , j’étais très content parce qu’ici il y a plein de choses, comme l’école. Mais je ne connaissais personne, j’étais tout seul. Je suis allé vers un policier, je ne comprenais pas le français et lui il ne comprenait l’anglais. Ensuite je suis allé à l’ADDAP 13, parce qu’un afghan m’avait donné l’adresse. Ils m’ont trouvé un foyer assez vite, en quelques jours.

Je suis très content ici . Ici je veux bien travailler à l’école, je prépare mon futur.

Quand je ferme les yeux :

Je me souviens des montagnes de mon pays.

Je vois ma chambre. Il y beaucoup de personnes qui dorment dans cette chambre.

J’ entends les bruits des osselets.

J’ entends mes amis qui jouent cricket .

Je sens l’odeur du repas de salade et haricots noirs que je mangeais avec mon oncle et mon pére.

Quand j’écoute avec attention j’entends les histoires que mon grand-pére me racontait.

J’ entends toute ma famille , le jour de l’aid ,nous avons beaucoup rigolé.

Quand je ferme les yeux je vois mon père qui travaille dans les champs avec ma petite soeur.

Je me souviens que ma grand-mère trayait les vaches pour avoir du lait.

Je me souviens quand tout le monde mangeait ensemble.

Je me souviens quand je partait à l’école avec mes amis.

Quand j’ouvre les yeux :

Je vois Marseille, je vois ma nouvelle maison, ma nouvelle chambre,

ma nouvelle vie. Ici il y a beaucoup de choses comme l’école par exemple. Ici je me sens plus en securité. Ici c’est tranquille, il n’y a pas beaucoup de bruits. Je joue beaucoup au foot avec mes nouveaux amis.

Je sens l’odeur des repas d’ici, on mange beaucoup de poissons et de poulet.

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.