Sorry

I Learn Library

A human library inspired by the stories in the film

Je me souviens de la Kabylie

By Cilia  |   From : Kabylie  |   School : Lycée Saint Charles

Je me souviens de mon grand-père maternel Mohend Tahar qui me chantait des chansons sur l’Algérie.

Je me souviens de l’odeur de ma mère quand je l’embrasse.

Je me souviens du bruit de l’eau de la rivière pendant l’hiver dans mon village natal de Bouzghene.

Je me souviens de la gentillesse de ma grand-mère maternelle  Ouardia , de ses caresses et de ses câlins.

Je me souviens des beignets au chocolat que ma voisine Hadja préparait pour son mari.

Je me souviens du jour où j’ai commencé la prière, je me suis sentie comme une vraie musulmane.

Je me souviens de la fierté que je voyais sur le visage de ma mère à chaque fois qu’on me complimentait sur mes bonnes notes.

Je me souviens comme j’étais honteuse quand on me chantait « joyeux anniversaire ».

Je me souviens de la première fois que je suis allée à la plage, ensuite pendant 15 jours je n’étais pas arrivée à me déplacer à cause des coups de soleil.

Je me souviens du stress et de la peur que je ressentais le premier jour de chaque rentrée scolaire.

Je me souviens des tablettes de chocolat “Mina” que ma grand-mère paternelle m’offrait à chaque fois que je la voyais.

Je me souviens de la première fois que je me suis bagarrée avec ma meilleure amie Kamilia, on s’est fâché pendant un mois.

Je me souviens des petits bonbons que je mangeais en cachette dans le jardin de notre maison.

Je me souviens du gâteau aux fraises que je mangeais chaque après-midi.

Je me souviens des gens qui me demandaient si la couleur de mes cheveux était  naturelle  ou bien si je les teintais car j’avais les cheveux noir foncé.

Je me souviens de l’hiver 2011 où la neige est tombée sans arrêt et a recouvert tout mon village au point que nous ne pouvions même plus sortir de chez nous.

Je me souviens de la tristesse que j’ai ressentie le jour de mon arrivée à Marseille.

Je me souviens de mon rituel pour m’endormir quand j’étais toute petite, je comptais jusqu’à 100.

Je me souviens des enterrements que nous organisions mon amie et moi à chaque fois que nous trouvions un oiseau mort sur la terrasse de sa maison.Cilia

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.