Sorry

I Learn Library

A human library inspired by the stories in the film

Je suis venu en France à cause de la guerre

By Atiqullah  |   From : Marseille, France  |   School : College Rosa Parks

Je suis venu en France à cause de la guerre il y a deux ans, en 2015.

Atiqulah en situation #2

J’habitais à Achin, dans la province de Nangarhar, en Afghanistan. C’est un petit village entouré par les montagnes. J’habitais avec ma famille : mon père, ma mère, ma sœur, Khasmina qui a 18 ans et et mes trois frères. Alman a 11 ans, Faizoulamin a 13 ans et le plus petit, Ahmad, a quatre ans. Mon père conduisait les camions américains de pétrole qui vont à Kaboul : il partait pendant deux mois puis revenait à la maison et restait avec nous un mois avant de repartir. Mon papa était riche dans le village et il y avait parfois des problèmes avec les autres habitants qui n’avaient pas d’argent. Un jour, il a acheté une belle voiture et il est parti, avec des amis, l’essayer dans le village mais ils ont roulé sur une bombe qui a explosé : un ami de mon papa est mort et mon papa a eu les jambes broyées par l’explosion. Il est resté là deux heures parce que les autres avaient peur qu’une autre bombe explose. Finalement, le cousin de mon papa est allé le chercher et l’a emmené à l’hôpital à Jalalabad à une heure et demie de mon village. Mais, mon papa ne voulait pas rester là-bas car le docteur voulait l’amputer alors il a dit qu’il avait de l’argent et qu’il voulait aller au Pakistan. Il est revenu au bout d’un an avec le frère de ma mère qui habitait au Pakistan. Mon papa avait toujours ses jambes mais il devait rester allongé. Il avait mal aux yeux, aux oreilles à cause de l’explosion. Alors, il faisait du sport pour pouvoir remarcher avec des béquilles. Mais il avait perdu son travail.

Il y a toujours eu quelques talibans dans mon village mais maintenant il y en a beaucoup : on a changé de président ou je ne sais pas pourquoi… Dans la journée, ils sont dans le village et la nuit, ils vont dans la montagne parce qu’ils ont peur de la police. Il y a des habitants dans le village qui parlent avec les talibans pour leur dire que la police arrive. Les talibans ont des armes. Ils mettent les gens en prison sous la terre. Ils viennent souvent à l’école, armés, et prennent des élèves pour leur poser des questions sur ce qu’ils apprennent et ensuite ils parlent avec le directeur. À l’école, c’est moitié une école coranique et moitié comme le collège en France : on apprend le pashto, l’anglais, les maths et les sciences. Les talibans ne sont pas contents qu’on étudie l’anglais.

Il y a des enlèvements d’enfants, sur le chemin de l’école. Par exemple, ils arrêtent les voitures et font descendre les enfants. Pour l’argent. Ils prennent les enfants, après, ils appellent les parents et leur demande de l’argent sinon ils tuent les enfants. Je ne sais pas qui c’est, si c’est les talibans ou d’autres.

Un an avant que je parte, les hommes de Daech sont arrivés et ont commencé à se battre avec les talibans. Ils sont très dangereux, plus que les talibans : les talibans te mettent en prison alors que Daech te tue. Un jour, ils ont décapité un homme du village qu’on avait vu partir avec la police. Ils sont allés le chercher chez lui, l’ont interrogé, lui ont demandé ce qu’il avait dit à la police et l’ont décapité. Une fois, je roulais avec mon vélo sur lequel j’avais mis le drapeau de l’Afghanistan et un homme de Daech a déchiré mon drapeau et a mis celui de Daech à la place.

 

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.