Sorry

I Learn Library

A human library inspired by the stories in the film

Je suis Mélina et je suis Franco-algérienne.

By Melina  |   From : Marseille  |   School : College Jacques Prevert

Mélina a imaginé une rencontre entre elle et sa grand-mère au même âge.

13 ans en 1954 en Algérie.

Menoune : Moi c’est Menoune, j’ai 13 ans. Je suis née  le 7 juin 1942. Je vis à Bedjaia. Je suis algérienne. Je suis mariée et enceinte. Oui, enceinte ! A  notre âge c’est normal d’être mariée et enceinte, non ? !!

Mélina : – Salut à tous, moi c’est Mélina, j’ai 13 ans, je suis née en 2002. Je suis collégienne et je suis Française !

Menoune : Ah willly c’est quoi ça, tu es toute nue ! Va te couvrir Bent haram !!!!!

Mélina: Mais nous les filles de maintenant on s’habille comme ça !

Menoune: – Baaaah, heureusement que tu n’es pas ma fille !

Mélina : Non, je ne suis pas ta fille, en effet, mais je suis ta petite fille.

Menoune : Mais que racontes-tu ?

Mélina : Ecoute ! Je suis ton futur et je voudrais que tu me racontes TON histoire… Mon passé.

Menoune soupire : Quand j’étais petite, tous les jours j’allais à l’école.

Puis à l’âge de 11ans, je ne suis plus allée à l’école. Je me suis mariée avec Allaoua, un combattant du FLN. Il avait 18 ans. Je ne l’aimais pas, c’était un voisin. C’est mon père qui a voulu.

Je vivais toujours avec ma mère car mon mari était très rarement à la maison. Maintenant je sais pourquoi.

Puis un jour, j’avais 12ans, Je préparais le repas, quand tout à coup des militaires de l’armée française  sont  sortis de nulle part et ont envahi la maison.

Ils ont demandé si mon mari était là. J’ai répondu que non. Alors ils m’ont embarquée avec ma mère.

Pendant des jours nous avons été emprisonnées. Je ne préfère pas te raconter ce que j’ai subi.

Je pensais à mon mari. Est-il mort, est-il vivant, où est-il ?

Au bout de deux mois d’emprisonnement  j’ai eu mes réponses. J’ai entendu des pas dans le couloir, puis des bruits de clef, la porte de la cellule s’ouvre, et j’ai l’ai vu, mon mari, Allaoua !

Le bonheur fut bref. Tous les jours nous avons été torturés. Je l’ai vu souffrir, il m’a vu souffrir.

Le 15 juillet 1954, c’est la dernière fois que je l’ai vu.

Quelques mois plus tard, toujours en prison, j’ai accouché d’un petit garçon. Il était beau, il était vivant, mais des gardes me l’ont pris …. et Voilà !

Mélina : Mais Quelle triste et affreuse Histoire !! Tu es une fille courageuse Mimoune, tellement courageuse.

Menoune : Ma petite fille puisque tu es mon futur dit moi, j’ai plein de questions à te poser.

Mélina : Je t’écoute.

Menoune : Est-ce que mon fils est vivant ?

Mélina ; Je ne sais pas, peut être ! Mais tu auras d’autres d’enfants dont ma mère, et un autre mari.

Menoune : Comment se fait-il que tu sois française ??

Mélina : Je suis française car je suis née ici en France et mon père, le mari de ta fille, est aussi né en France. Aujourd’hui les algériens peuvent avoir la nationalité française. C’est pas comme à l’époque de la colonisation.

J’espère que tu le prends pas mal que je sois française!

Menoune : Non, je m’en fiche, tu es ma fille, française ou pas!

Mélina

Aujourd’hui je vous ai raconté cette histoire, l’histoire de Menoune ma grand-mère. Cette histoire compte beaucoup pour moi. J’admire beaucoup ma grand-mère car elle a eu tellement de courage face à son malheur. Elle est un exemple pour moi car elle m’aide à surmonter les épreuves les plus difficiles et me conseille. C’est comme une deuxième mère pour moi et elle me considère comme sa 5 ème fille. On dit que je lui ressemble et elle se retrouve en moi.

Je suis elle mais en plus petite.

Jacque Prevert Melina

 

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.